illustration pour le type Publication
Publication
Gouvernance et participation
pignons

L’expérimentation sociale à l’épreuve du terrain 

Contenu détaillé

Bilan d’une décennie d’expérimentations sociales en France

Une décennie après la promulgation de la loi du 28 mars 2003 qui les a rendues possibles, les expérimentations ont apporté à l’action sociale de nombreuses avancées, mais elles se sont également frottées à la réalité du terrain. Résistance des professionnels et des élus, questions d’éthique, mise en place complexe du dispositif d’évaluation, coûts des projets : les expérimentations sociales menées en France ces dix dernières années ont dû faire face à de nombreux défis et font aujourd’hui l’objet de débats.

Quelles sont les conditions à réunir pour tirer les bénéfices de cette méthode scientifique exemplaire ? Quels sont les leviers activables pour dynamiser son utilisation ? Comment concilier le temps de l’expérimentation et le temps politique ? Quel est son avenir ?

 

Une démarche en 3 temps

Un atelier, février 2014

Pour réunir les chercheurs, politiques, institutionnels ou acteurs de terrain les plus impliqués sur ce sujet afin de confronter les retours d’expériences et d’esquisser des réponses à ces questions.

Une publication , mars 2014

Pour formaliser des propositions, issues de nos réflexions et de notre expérience, et aussi les échanges recueillis lors de l’atelier.

Cette publication se découpe en 8 chapitres :

Expérimenter, c’est créer. Des espaces de créativité à saisir
Expérimenter: où, avec qui, combien, comment ? La définition d’un périmètre de départ, et au-delà
Expérimenter, une histoire de coûts. Un investissement à financer et à justifier
Expérimenter, une partition à plusieurs mains. Isolement et pluralité des acteurs
Expérimenter, ça prend « des » temps. Quels « temps » accorder à la gestion des expérimentations ?
Expérimenter, c’est évaluer. Quelles évaluations pour quelles expérimentations ?
Expérimenter, éthique et scientifique ? De la validité des preuves
Expérimenter, et après ? Des formes de diffusion à imaginer

Lire la publication « L’expérimentation sociale à l’épreuve du terrain : bilan d’une décennie d’expérimentations sociales en France »

 

Une table-ronde, mars 2014

Pour ouvrir le débat au plus grand nombre, avec Christophe Fourel, chef de la mission Analyse stratégique, Synthèses et prospective à la DGCS ; Romain Guerry, alors conseiller auprès du Ministre chargé de l’Économie sociale et solidaire; Yannick L’Horty, directeur de la fédération de recherche Travail, Emploi et Politiques Publiques au CNRS ; Marie-Automne Thépot, alors responsable du pôle Politiques sociales et Innovation à l’Unccas. François Chérèque, alors Inspecteur général des affaires sociales, a proposé en introduction une lecture du Plan de lutte contre la pauvreté sous le prisme de l’expérimentation.

Table ronde 10 ans d'expérience

 

Nos 10 propositions

  1. Adopter une définition ouverte de l’expérimentation en France, considérant qu’il existe diverses formes d’expérimentations d’ambitions et envergures différentes.
  2. Favoriser la réalisation d’une étude de faisabilité pour anticiper des freins au bon déroulement de l’expérimentation.
  3. Appuyer les porteurs d’expérimentations dans le montage et la gestion du partenariat, afin d’associer toutes les parties prenantes.
  4. Revoir l’articulation entre les calendriers du dispositif et de l’expérimentation.
  5. Diversifier les méthodes d’évaluations d’impact en les intégrant au sein d’une «boîte à outils d’évaluations», permettant de choisir la méthode la plus appropriée au dispositif.
  6. Concevoir et valider au niveau national une « Charte de l’évaluateur» afin de construire un langage commun et de consolider une vision partagée sur la place des évaluateurs et de l’évaluation au sein des expérimentations.
  7. Favoriser une meilleure diffusion du savoir produit lors des expérimentations, permettant le partage des résultats, des «pratiques inspirantes», ainsi que des enseignements pour les politiques publiques.
  8. Créer des espaces d’échanges entre parties prenantes (professionnels, cadres, personnes concernées) sur différents territoires, et partageant un même enjeu (thématique, public, modalités d’actions, approche méthodologique).
  9. Promouvoir l’essaimage progressif des dispositifs prometteurs ou efficaces.
  10. Mettre en place un accompagnement d’envergure pour appuyer toute généralisation. Inscrire ce processus de généralisation sur une période longue, ajustant le dispositif pour répondre aux difficultés rencontrées lors des premières étapes de sa généralisation. 
L'expérimentation sociale à l'épreuve du terrain