La mobilité est une condition de l’intégration sociale. Or, elle se heurte à de nombreux blocages : dispositifs à la mobilité trop faibles, segmentés et dépendant de subventions trop fragiles ; organisation française construite en silos ; innovations locales qui ne se diffusent pas.

La mobilité inclusive doit franchir un nouveau seuil aujourd’hui. L’enjeu est de continuer à mutualiser les initiatives locales et de les défendre au nom du droit à la mobilité. Il importe également d’inscrire ces démarches dans une dynamique nationale pour faire de la mobilité une dimension centrale de la cohésion sociale.

Depuis sa création, l’Ansa s’est attachée à identifier et lever les freins à l’insertion sociale et professionnelle des publics fragiles, dont celui de la mobilité. Elle a notamment travaillé avec plusieurs départements dans le cadre de leurs programmations départementales d’insertion pour monter différents types de plateformes de mobilité, adaptés aux pourtours des territoires, incluant des indicateurs d’évaluation. Récemment, l’Ansa a également mené des travaux concertés dans le cadre d’un appui aux 16 projets lauréats du Fonds d’expérimentation jeunesse, au service de la mobilité et de l’accompagnement vers l’emploi des jeunes (projets portés par des structures spécialistes de la mobilité ou des acteurs de l’insertion et de l’accompagnement des jeunes).

Picto Accueil
/sites/default/files/2018-04/Home-picto-thematiques-mobilite.png
PROJET

Mobilité et accompagnement vers l’emploi des jeunes

16 projets au service de la mobilité et de l’accompagnement vers l’emploi des jeunes ont été retenus dans le cadre de cette initiative du FEJ. Ils sont portés par des structures spécialistes de la mobilité ou des acteurs de l’insertion et de l’accompagnement des jeunes. L’Ansa leur a apporté un double appui.