illustration pour le type Nouvelle
Nouvelle
Logement et hébergement
Maison

Recherche-action participative « Habiter autrement pour bien vieillir » avec l’Association Hal’âge

Contenu détaillé

Penser l’habitat et le vieillissement sous l’angle de l’innovation sociale

Le vieillissement de la population est un défi majeur à relever pour l’ensemble de notre société. En France, la proportion de personnes âgées de 60 ans et plus est passée de 1 sur 5 en 2005 à 1 sur 4 en 2017 ; cette proportion devrait être de 1 sur 3 en 2050.

La question de l’habitat se pose avec acuité pour les publics vieillissants, dont une partie fait face à des risques de paupérisation et de mal-logement, tandis que la perte d’autonomie entraîne quant à elle des besoins d’adaptation des logements. Mais il s’agit aussi là d’un terreau propice à l’émergence d’innovations sociales répondant à ces problématiques. Des nouvelles formes d’habitat se développent en France et en Europe au-delà des réponses apportées par le maintien à domicile et l’entrée en établissement, notamment l’habitat « intermédiaire » sous l’impulsion de nouveaux acteurs (collectivités territoriales, bailleurs sociaux, personnes âgées elles-mêmes…).

La recherche-action « Habiter autrement pour bien vieillir », qui débutera à la rentrée 2019 pour une durée de 3 ans, s’intéressera ainsi à une approche de l’habitat « innovant » intégrant la notion du vieillissement de ses habitants.es (résidences intergénérationnelles, béguinages, habitat participatif, colocations, maisons d’accueil familial, domiciles services, maisons partagées, etc.). L’objectif est d’étudier certaines de ces formes d’habitat innovant tout en accompagnant leur mise en œuvre, à partir de plusieurs terrains d’étude, afin de favoriser leur compréhension et leur déploiement.

Portée par l’association Hal’âge, elle-même composée de chercheurs.ses et de personnes concernées, la recherche-action participative est fondée sur une méthodologie innovante de recherche favorisant la participation des personnes concernées à la définition et la mise en œuvre de ces nouvelles formules d’habitat et la prise en compte des savoirs expérientiels aux côtés des savoirs académiques. Le projet fait ainsi coopérer des chercheurs.euses et des personnes concernées à toutes les étapes de la recherche-action.

Le projet repose sur un dispositif complexe de mise en lien de tous les acteurs (chercheurs, cohabitant, voisins, bénévoles, partenaires locaux, aidants professionnels, entreprises et associations, collectivités territoriales, etc.). L’Ansa, qui agit depuis sa création à l’interface d’une pluralité d’acteurs, se positionne dans l’accompagnement opérationnel de la démarche, et sera chargée de faciliter le travail entre les parties prenantes.

La recherche-action est financée par la Fondation du domicile              fondation domicile

 

halage